Le projet

Téléchargez la plaquette !

L’objectif est de traverser l’Atlantique en solitaire, sur mon bateau de 6,5m, ma coque de noix, Mariole, malgré mon expérience quasi nulle en voile en prenant le départ de cette course hors du commun, la mini-transat !

Tout d’abord, la mini transat ou transat 6,50, c’est surtout une course mythique créée en 1977 par Bob Salmon en réaction aux gigantismes des années 80 (le bateau d’Alain Colas, Club Med, rebaptisé le Phocéa par Bernard Tapie, est un exemple de bateau géant conçu pour gagner la transat Anglaise). Traverser seul L’atlantique sur un bateau, que dis-je, une coque de noix de 6,50m, sans assistance : « un homme, un bateau, la mer ». Pour vous dire, le GPS est autorisé à bord depuis la fin des années 90.

Un mélange de défi lancer à soi-même, de romantisme et surtout l’envie de partager une aventure un peu hors de nos quotidiens parisiens (et autres) ! Suivez-moi donc de Douarnenez vers Point-à-Pitre pour 30 jours de traversée et 5200 milles (prés de 10000 km) en solo !

Mon programme est le suivant :

2011 :

  • prise en main du bateau
  • première course avec Matt, l’ancien propriétaire demi clé en Avril 2011 (150 milles)
  • premières virées en solo en mai 2011
  • première course en solo – Le trophée MAP en juin 2011 (200 milles)
  • première course « offshore » en double avec Lorraine – Transgascogne en Juillet 2011 (650 milles)

2012 :

  • demi clé en avril 2012 (150 milles)
  • parcours de qualification en solitaire en mai 2012 (1000 milles)
  • premières virées en solo de Lorraine
  • première course solo pour Lorraine (trophée MAP – Juin 2012)
  • Mini fastnet (600 milles) en juin 2012 – Une des courses mythiques

2013, la saison de la préparation

  • La Trinité-Plymouth Mai 2013
  • Le UK Fastnet Mai 2013
  • Le Trophée MAP Juin 2013
  • Le Mini Fastnet Juin 2013
  • La Transgascogne solo Juillet 2013
  • mini transat en DOuarnenez et Point-à Pitre Octobre 2013

Et en cadeau, deux articles de Libération et Voiles et voiliers, un peu romantique qui donnent un côté moins sportif de l’épreuve. Bonne lecture !

La Mini, c’est la machine à émotions !

La Mini, un abîme de solitude

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s